Le contexte
Les origines du projet
Les objectifs
Les moyens
Le fonctionnement
Les perspectives
Les enjeux
Les partenaires
Les associations bénéficiaires
Contact
 
LES ORIGINES DU PROJET

Une collaboration existait déjà depuis 2003 entre l’asbl Mabru et l’asbl « Resto du coeur – L’autre Table », chapeautée par le CPAS de la Ville. Celle-ci récupérait chaque semaine plus de 500 kg de fruits et légumes invendus auprès des marchands du Marché Matinal. Ce qui n’était pas utilisé au sein du resto du coeur laekenois était redistribué à d’autres associations.


Sous l’impulsion du CPAS et avec l’appui de la Fédération des Services Sociaux (FdSS), est née l’ambition d’étendre cette collaboration à d’autres acteurs et réseaux actifs dans le domaine de l’aide alimentaire.  

En décembre 2013, une étude de faisabilité de « mise en place d’un système de collecte, tri et redistribution des invendus de Mabru vers le secteur de l’aide alimentaire » confirmait :  

  • une disposition très favorable des entreprises «donatrices» à participer dans cette chaîne des récupérations des invendus, dès lors qu’elle leur permet d’économiser sur les coûts de la mise au rebut,  
  • la volonté de ces entreprises de ne donner qu’à des fins exclusives d’aide alimentaire, en nouant des partenariats avec les acteurs reconnus et/ou agréés dans ce secteur,  
  • qu’une entreprise de récupération et de distribution de fruits et légumes invendus n’est pas viable sans subsides ou autre financement. L’étude recommandait donc de développer plutôt un partenariat entre acteurs existants, bénéficiant de personnel et d’infrastructure déjà financés.  

C’est ainsi que le CPAS de la Ville de Bruxelles a décidé de mettre sur pied le service DREAM (Distribution et Récupération d’Excédents Alimentaires à Mabru) en s’appuyant sur son «équipe» Agenda 21 et en étroite collaboration avec l’asbl Mabru. 


 
FR | NL   


Vers une politique de migration plus intégrée, grâce au FAMI