LE CPAS DE LA VILLE DE BRUXELLES RÉNOVE LE BÂTIMENT SITUÉ RUE DANSAERT 2A

C’est dans le quartier Dansaert, à l’identité bien particulière, que le CPAS de la Ville de Bruxelles a décidé de rénover l’immeuble situé rue Antoine Dansaert 2A. Un quartier contrasté où se côtoient, dans une cohabitation «senne», les créateurs de mode, les restos et bars branchés, les snacks à dürüms et l’Armée du Salut.

La rue Antoine Dansaert a été tracée au 19ème , à une période où l’ouest du pentagone bruxellois s’est développé industriellement: brasseries, imprimeries, papeteries, ateliers de confection. Il suffit de se référer aux noms des voiries aux alentours pour se rendre compte du passé commercial et industriel de ce quartier(Rue des Poissonniers, place du Nouveau marché,…).

L’immeuble est un exemple du style dit «Hausmannien». Cela fait référence à l’architecte Georges Eugène Haussmann dont l’approche urbanistique peut être rapprochée de celle qui anima Jules Anspach, Bourgmestre de Bruxelles de 1863 à 1879. Cela donne un immeuble de gabarit proportionnel à la largeur des boulevards et dont les larges balcons marquent des lignes horizontales. La façade du bâtiment imposante, régulière et uniforme présente de nombreux éléments architecturaux à valeur patrimoniale tels que des moulures, frontons et corniches.

Ce projet de rénovation des logements consiste en une rénovation lourde; un réaménagement de 9 logements; et la création de 3 nouveaux logements dans les combles. On atteindra ainsi un total de 12 appartements. Les travaux pour la rénovation intérieure et extérieure ont débuté en avril 2014 et s’achèveront fin 2015. La bâche de chantier a été retirée en août 2015, à l’issue de l’achèvement des travaux de rénovation de la façade et de remplacement des menuiseries extérieures.

Le CPAS contribue ainsi à offrir à la population bruxelloise un accès à des logements de qualité à des prix abordables. Il contribue également à l’embellissement de la Ville de Bruxelles.


 
FR | NL   


Vers une politique de migration plus intégrée, grâce au FAMI